[ROMAN] MÊME PAS PEUR

Publié le par Rahma

[ROMAN] MÊME PAS PEUR

TITRE : MÊME PAS PEUR

Auteur : Ingrid ASTIER

Éditeur : SYROS

ISBN : 978-2-74-851665-4, 13,50€

Genre : roman

Thème : vacances, aventure, sentiments

Lectorat : adolescents

Sur la première de couverture, une adolescente, photographiée au vol – en plein saut, la tête dans les nuages, donne le ton.
Structuré autour d’une course d’orientation, le récit nous présente les aventures d’un groupe d’adolescents venus sur l’Ile d’Yeu avec leurs familles pour les vacances.

Tiraillés entre l’enfance – les jeux, les rires, les confiseries et l’aventure, et l’adolescence – les premiers émois, les rivalités, la détresse sentimentale, les protagonistes s’étant tout d’abord jetés corps et âme dans cette quête de « trésor », vont progressivement se laisser déborder par leurs états d’âme…
« On peut nous faire croire ce qu’on veut, mais le monde ne pèse pas lourd. Il pèse juste le poids de nos sentiments. » p79

Le lecteur, même adulte, appréciera le vocabulaire d’une réelle richesse, parfois spécialisé notamment dans les domaines ichtyen, fongique et des sports de glisse.


Si certains passages, narrés par un jeune homme, peuvent surprendre par leur maturité, l’auteur a su construire progressivement l’environnement adolescent, notamment à travers le vocabulaire peu édulcoré (parfois même carrément grossier) qu’elle attribue à ses jeunes personnages ou encore leurs centres d’intérêt (musique, sports extrêmes…), ce qui confère au récit une forte crédibilité.

Il serait intéressant de pouvoir interroger l’auteure sur l’origine de l’histoire du petit garçon qui avait peur du noir : est-elle réelle ou pas ? Est-ce une histoire qu’elle s’est laissé conter dans sa propre enfance ? Qu’elle a lue, adulte, à un enfant effrayé ? Ou bien l’a-t-elle elle-même rédigée pour les besoins du présent roman ?
Quoi qu’il en soit, cette mise en abîme, empreinte de sensibilité et de douceur, permet une échappée du joyeux ouragan sentimental et émotionnel emportant, tout au long du récit, lecteur et protagonistes sur les chemins de l’Ile d’Yeu…

Louable attention de la part de l’auteure, un récapitulatif des références musicales est présent en fin d’ouvrage…

Un roman d’une simplicité reposante, d’un ordinaire étudié et d’une agréable fluidité…

Mille mercis à Lecteurs.com de m’avoir offert cette bulle de légèreté.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article