LE RENVERSEMENT DES PÔLES

Publié le par Rahma

LE RENVERSEMENT DES PÔLES

La 50ème page (2/3) :

Dès le début du livre, le lecteur reçoit un aperçu de ce qui s’avérera certainement être la trame du récit, à savoir : des couples qui se délitent au rythme des activités proposées sur la côte d’azur, lieu de villégiature par excellence pour des vacances en métropole…

Par des alternances de descriptions très Nothombiennes (dans le style des descriptions d’Amélie NOTHOMB), neutres et analytiques, et de scènes criantes de réalisme (notamment lorsque les internautes cherchent désespérément à obtenir du réseau), l’auteur nous livre, au travers des vies de deux couples de français moyens, une fine analyse de la société de consommation.

Sans être extrêmement argentés, lesdits couples se trouvent financièrement largement à l’abri du besoin. Leurs vies répondent aux critères communément admis de la réussite sociale et du bonheur. Néanmoins, leur frustration est palpable et les entraîne dans une cascade d’actions éperdues censées leur permettre d’échapper à une routine qui leur pèse…

Bien que manquant d’originalité, l’utilisation de métaphores météorologiques pour transcrire les comportements humains est une idée brillante et d’une efficacité manifeste.

Quelques fautes de frappe et de conjugaison font parfois leur apparition, sans toutefois que cela ne porte préjudice aux phrases merveilleusement tournées et aux délicieuses expressions de Nathalie CÔTE.

Dans les livres au titre mystérieux, il y a toujours un passage consacré à l’explication dudit titre. Ce passage intervient ici à la trente-sixième page et laisse planer une interrogation : ces vacances constitueront-elles, pour les couples, une parenthèse de folie et de liberté qui sera finalement refermée à la fin du séjour, ou, au contraire, seront-elles le point de départ d’un grand et total bouleversement ? À l’issue de ces cinquante premières pages, le mystère reste entier…


NB : J’ai cessé ma lecture à la page 56, afin de ne pas m’interrompre en plein chapitre. Peut-être aurai-je dû plutôt m’arrêter à la page 48. Cela dit, le récit étant, jusqu’à présent, assez linéaire, la césure pourrait intervenir indifféremment à plusieurs moments du texte…

Ce livre m’a été offert à l’occasion de ma participation à l’événement Les explorateurs de la rentrée littéraire, organisé par le site lecteurs.com.

La consigne était d’en faire un bref commentaire une fois arrivée à la page 50, puis de rendre un avis plus poussé à la fin de ma lecture.

Afin de partager cette expérience, vous pouvez vous référer à mon article Rahma, exploratrice littéraire.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article